Oxfam dénonce les inégalités dans le logement


D’après un rapport de l’ONG Oxfam, le logement est l’une des inégalités sociales les plus préoccupantes, avec la crainte d’une financiarisation croissante du secteur.

Des étudiants contraints de consacrer une grande partie de leur budget au logement

Rayan Si Ahmed est confronté à une réalité financière difficile. Malgré le fait qu’il débourse 245 euros par mois pour son logement de 9 m², ses bourses ne couvrent qu’à peine la moitié de ce montant. En conséquence, cet étudiant en Staps doit chercher un emploi à temps partiel pour subvenir à ses besoins et continuer ses études. Cette situation le pousse à remettre en question ses choix de vie, se demandant s’il ne devrait pas abandonner ses études pour travailler à temps plein.

Une étude d’Oxfam met en lumière le fait que les étudiants consacrent entre 44 et 60% de leur budget au logement, soit deux à trois fois plus que la moyenne des Français. Cette charge financière écrasante oblige de nombreux jeunes à jongler entre études et travail pour pouvoir se loger. Selon l’association, les niches fiscales avantageant les propriétaires ont engendré des pertes économiques substantielles, s’élevant à près de 11 milliards d’euros sur une période de douze ans. Une somme qui aurait pu être investie dans la construction de plus de 70 000 logements sociaux, offrant ainsi des solutions abordables à de nombreux étudiants en difficulté.

Cette réalité met en lumière les difficultés financières auxquelles sont confrontés de nombreux étudiants en France. La question du logement étudiant devient de plus en plus pressante, obligeant les autorités à revoir les politiques fiscales et la construction de nouveaux logements sociaux pour répondre aux besoins croissants de cette population. Il est indispensable de trouver des solutions durables pour garantir un accès équitable au logement pour tous les étudiants, sans compromettre leur avenir académique. Les témoignages tels que ceux de Rayan Si Ahmed mettent en évidence l’urgence de cette problématique et la nécessité d’actions concrètes pour y remédier.