Les IA surpassent l’intelligence humaine, dit une experte en algorithmes


L’intelligence artificielle est devenue une partie intégrante de notre vie quotidienne, un fait illustré par l’application Chat-GPT qui célèbre son premier anniversaire. Les effets de l’IA sur nos vies et son potentiel à venir sont des sujets d’intérêt majeur. Selon une spécialiste en algorithmes, l’IA représente une opportunité de « repenser le travail » et de modifier fondamentalement notre façon de percevoir et d’aborder le travail.

IA, nouveaux défis ou opportunités ?

Aurélie Jean, spécialiste en modélisation algorithmique, soulève un point crucial : l’avènement de nouvelles technologies suscite à la fois de l’excitation et de l’appréhension. L’intelligence artificielle, représentée par ChatGPT, a fait naître divers fantasmes et interrogations. Cependant, au-delà des spéculations, elle a encouragé une réévaluation de nos méthodes de travail et de notre accès à l’information.

Comprendre ce qui est possible de faire… ou pas

En examinant l’application de la technologie, Aurélie Jean distingue l’agent conversationnel de l’IA. Elle met en lumière les multiples usages de cette technologie, tout en admettant que les utilisateurs ont commencé à en percevoir les limitations. La question fondamentale demeure la manière dont nous souhaitons exploiter cette IA tout en reconnaissant ses limites sur le plan technologique, scientifique, et sociétal par rapport à nos propres capacités humaines.

Par ailleurs, la perspective d’une « super intelligence artificielle » surplombant l’intelligence humaine est abordée. Aurélie Jean démontre que les IA sont déjà plus compétentes dans le domaine de l’intelligence analytique, mais souligne que cela ne remplace pas les autres types d’intelligence proprement humaine.

« Repenser le travail »

Les récentes prévisions du cabinet Roland Berger qui annoncent la destruction de 800 000 emplois en France d’ici 2030 sont mentionnées par Aurélie Jean. Elle admet que l’impact de l’IA générative sur le marché du travail reste incertain, mais perçoit cette technologie comme une opportunité pour réévaluer notre perception du travail. Elle propose de considérer la possibilité d’une réduction du temps de travail et la valorisation des tâches jusqu’ici non rémunérées.

Enfin, elle tient à souligner qu’elle ne croit pas que l’IA entraînera un arrêt total du travail, mais qu’elle pourrait conduire à une réduction du temps de travail, tout en soulageant les professionnels de tâches à faible valeur ajoutée.