Paris 2024 : Hôpitaux prêts avec plus de lits, assure le directeur de l’AP-HP


Selon les dires de Nicolas Revel, il est habituel de fermer environ 30% des lits hospitaliers pendant la période estivale. Cependant, il a annoncé qu’il y aura cette année une augmentation du nombre de lits disponibles dans une centaine de services hospitaliers.

Paris 2024 : Les hôpitaux parisiens prêts à affronter l’été olympique

Alors que les Jeux Olympiques de Paris 2024 se profilent à l’horizon, les hôpitaux parisiens se préparent à faire face à cette période intense. D’ordinaire, environ 30% des lits sont fermés pendant l’été, mais cette année, une augmentation du nombre de lits disponibles est prévue pour répondre à la demande. Environ une centaine de services, tels que le Samu, les urgences, les chirurgies et les soins intensifs, seront sollicités pendant cette période. Des mesures sont en place pour ouvrir davantage de lits dans ces services spécifiques, tandis que les maternités, les services de cancérologie et de gériatrie devraient subir moins de pression que d’habitude.

Une mobilisation renforcée des soignants

Les professionnels de santé seront mobilisés et certains d’entre eux devront renoncer à une partie de leurs congés estivaux. Nicolas Revel, chef des hôpitaux parisiens, précise que des mesures d’accompagnement sont mises en place, telles que des primes pour les infirmières qui acceptent de travailler pendant cette période intense. Les plannings sont déjà établis pour assurer la présence des équipes soignantes durant les Jeux Olympiques. Malgré cette mobilisation, il n’y a pas de risque de pénurie de soignants prévu pour la rentrée en Île-de-France, car les équipes sont complètes tout au long de l’année.

En se basant sur l’exemple des Jeux Olympiques de Londres en 2012, Nicolas Revel souligne qu’il faut être prêt à toute éventualité, notamment en cas d’attentat ou de mouvement de foule. Des dispositifs spécifiques pourraient être activés en cas de besoin, tels que le rappel de professionnels de santé pour faire face à des situations exceptionnelles. Malgré tout, les équipes des hôpitaux parisiens sont confiantes et se disent prêtes à relever ce défi.