: « Maison Blanche condamne Elon Musk pour promotion de l’antisémitisme »


D’après les déclarations de la présidence américaine, le contenu publié par le propriétaire du réseau social X ne fait que propager une théorie du complot qui est largement acceptée parmi les nationalistes blancs.

Elon Musk accusé de propager la haine antisémite et raciste

La polémique enfle autour d’Elon Musk, le milliardaire à la tête de Tesla et SpaceX, après ses récentes déclarations sur les réseaux sociaux. La Maison Blanche a vivement critiqué le magnat de la tech pour avoir propagé, selon elle, une « promotion abjecte de la haine antisémite et raciste » dans l’une de ses publications sur son réseau social X, anciennement Twitter.

Les faits reprochés à Elon Musk remontent à une réponse qu’il a donnée à un compte affirmant que les personnes juives incitaient à « la haine contre les Blancs ». Le milliardaire a commenté ce message en écrivant : « Tu as dit l’exacte vérité ». Ces propos ont été fermement condamnés par la Maison Blanche, qui y voit une propagation de thèses complotistes populaires parmi les nationalistes blancs.

Hausse notable de la désinformation

La théorie du complot relayée par Elon Musk n’est pas anodine, elle avait notamment été associée à l’auteur de l’attentat dans une synagogue de Pittsburgh en 2018, qui avait fait 11 morts. La Maison Blanche a clairement exprimé son indignation face à la propagation de telles idées : « Il est inacceptable de répéter le mensonge odieux à l’origine de l’acte d’antisémitisme le plus mortel de l’histoire des Etats-Unis. »

Après sa première réponse, Elon Musk avait continué à s’exprimer sur le sujet, critiquant ouvertement l’Anti-Defamation League (ADL), une association de lutte contre l’antisémitisme. Il affirmait que l’ADL attaquait injustement la majorité de l’Occident, malgré le fait que la majorité de l’Occident soutienne les personnes juives et Israël.

La situation est d’autant plus préoccupante que l’ADL a noté une nette augmentation de la désinformation et des insultes homophobes et racistes sur le réseau social X depuis que les règles de modération ont évolué avec l’arrivée d’Elon Musk. Ce dernier s’en était déjà pris à l’ADL en septembre en affirmant que le groupe était responsable d’une grande partie de la perte de revenus de X.

Les récentes déclarations d’Elon Musk ont ainsi relancé le débat sur la responsabilité des personnalités publiques dans la propagation de thèses conspirationnistes et racistes sur les réseaux sociaux. Une question d’autant plus cruciale dans un contexte où la désinformation prend une place de plus en plus importante dans l’espace public en ligne.