La CGT dénonce la honteuse réduction du recours après licenciement!


Sophie Binet souligne que le fait de rassembler tous les documents nécessaires pour constituer un dossier en seulement deux mois est tout simplement impossible.

Chômage des seniors : un problème qui met en danger les droits des salariés

La secrétaire générale de la CGT, Sophie Binet, s’oppose fermement au raccourcissement des indemnités des plus de 55 ans lors de périodes de chômage. Selon elle, le délai très court pour constituer un dossier juridique et faire respecter ses droits aux prud’hommes est impossible à respecter. Elle souligne que les licenciements sont très violents pour les salariés, qui ont déjà du mal à mettre en place des mesures pour eux-mêmes et leur famille. Elle estime que les employeurs licencient à leur guise et que les salariés n’ont plus les moyens de faire valoir leurs droits.

Réformer la rupture conventionnelle, une autre remise en cause des droits des salariés

Sophie Binet critique également la proposition de réformer la rupture conventionnelle, qui est pourtant très répandue (environ 500 000 par an) en France. Selon elle, remettre en cause cet élément revient à remettre en cause les droits des salariés, car cela donnerait plus de pouvoir aux employeurs pour licencier sans risque de condamnation. Elle souligne que dans une grande partie des cas, la rupture conventionnelle est demandée par les salariés qui souhaitent quitter leur entreprise pour se consacrer à un nouveau projet professionnel. Cette mesure, si elle était mise en place, serait donc préjudiciable aux salariés.

Le véritable problème qui mine le taux de chômage

Sophie Binet met en avant le fait que le véritable problème qui mine le taux de chômage en France est le nombre de procédures aux prud’hommes qui a chuté. Elle estime que le gouvernement devrait plutôt empêcher les licenciements abusifs qui sont monnaie courante actuellement.

En somme, Sophie Binet défend les droits des salariés face à des réformes du gouvernement qui pourraient les précariser davantage. Selon elle, il est primordial de protéger les salariés et de leur assurer des droits et des indemnités justes dans toutes les situations de chômage ou de rupture conventionnelle.