Fiscalité Airbnb : Sénateur PCF déplore le recours au Conseil d’État


Un groupe de parlementaires se présentera devant le Conseil d’État cette semaine afin de demander la fin de l’avantage fiscal dont bénéficie Airbnb par le gouvernement.

Des parlementaires devant le Conseil d’État pour contester l’avantage fiscal d’Airbnb

Le sénateur PCF de Paris, Ian Brossat, a exprimé son indignation concernant la nécessité de recourir au Conseil d’État pour faire respecter la loi en matière de fiscalité sur les locations Airbnb. Il a mené une action inédite auprès du Conseil d’État avec d’autres parlementaires dans le but de contraindre le gouvernement à mettre fin à l’avantage fiscal accordé à Airbnb.

Selon Ian Brossat, il est essentiel de faire respecter la loi concernant la réduction fiscale importante accordée aux propriétaires de logements loués en meublé touristique de type Airbnb. Il souligne que cette niche fiscale favorise la location sur Airbnb par rapport à la location classique à l’année à un salarié. Bien que des mesures aient été prises pour mettre fin à cet avantage fiscal, le gouvernement a rétabli cette mesure dans son dernier budget, ce qui a suscité l’indignation des parlementaires.

Les parlementaires ont donc décidé de saisir le Conseil d’État afin de faire respecter la loi telle qu’elle avait été votée initialement, excluant cette niche fiscale avantageuse pour Airbnb. Ian Brossat souligne que cette situation témoigne d’une manœuvre étrange visant à favoriser les locations touristiques au détriment des besoins en logements pour les résidents. Il considère que cette préférence pour les locations touristiques nuit à la capacité des villes à offrir des logements décents aux salariés, infirmières, caissières et autres personnes contribuant à la vie de la ville.

En somme, l’action des parlementaires vise à rétablir l’équité fiscale entre les différentes formes de location et à lutter contre la prédominance des locations Airbnb au détriment du logement traditionnel pour les résidents urbains.