Alerte: la Cour des comptes préconise des mesures drastiques sur les arrêts maladie


La Cour des comptes met en lumière la détérioration croissante de la situation financière de la Sécurité sociale dans son rapport annuel sur l’Assurance maladie. Ses recommandations pour redresser la situation s’avèrent être des mesures drastiques et peu populaires.

La Cour des comptes préconise une réforme radicale de l’indemnisation des arrêts maladie

Dans son récent rapport sur l’application des lois de financement de la sécurité sociale, publié le mercredi 29 mai, la Cour des comptes met en avant la nécessité d’une profonde réforme de l’indemnisation des arrêts maladie. Selon l’institution, de nombreux arrêts maladie sont considérés comme abusifs et représentent un coût excessif pour la collectivité. Ainsi, elle préconise la fin des arrêts prolongés pour des raisons de conflit avec un supérieur hiérarchique, sauf en cas de réel impact médical ou psychologique.

La facture totale des arrêts maladie a connu une augmentation de plus de 50% entre 2017 et 2022, atteignant un total de 12 milliards d’euros dans le régime général. Les médecins jugés trop complaisants sont également pointés du doigt. Une des suggestions les plus controversées est l’arrêt de l’indemnisation des arrêts de travail de moins de huit jours, ainsi que l’augmentation des délais de carence de trois à sept jours.

Après un déficit de près de 11 milliards d’euros en 2023, la Sécurité sociale est confrontée à un creusement de son déficit, prévu atteindre 17,2 milliards d’euros en 2027. Pour le premier président de la Cour des comptes, Pierre Moscovici, un tel niveau de déficit représente un « point de bascule » et compromet le financement futur de la Sécurité sociale.

Les causes du déficit

La Cour des comptes identifie principalement deux sources de dépenses pour le système de santé. Tout d’abord, la question du financement des retraites pose un défi majeur. Avec le vieillissement de la population française, de plus en plus de personnes rejoignent le régime de la Sécurité sociale lors de leur passage à la retraite. La réforme des retraites lancée par le président français Emmanuel Macron, selon le rapport de la Cour, n’aura des effets financiers positifs que sur le long terme.

Ensuite, les dépenses liées à la santé engendrent également un déficit important. L’augmentation des soins liés à l’allongement de l’espérance de vie, ainsi que la revalorisation des traitements pour le personnel hospitalier, ont contribué au déficit de 11 milliards d’euros en 2023. Il est donc essentiel de continuer à travailler sur la maîtrise des dépenses de santé, d’engager des discussions avec les partenaires sociaux, et de faire preuve de courage politique pour communiquer de manière transparente avec la population.