Suisse : Stockage CO2 dans les fonds marins étrangers pour l’environnement


À partir de l’année prochaine, le gouvernement suisse a donné son feu vert pour l’exportation de dioxyde de carbone liquéfié dans le but de le stocker de manière permanente. La Suisse prévoit de réaliser une première expérimentation en Islande.

La Suisse prévoit l’exportation de dioxyde de carbone dans les fonds marins étrangers

Le stockage permanent du CO2 est incontournable

Dans le but de réduire les émissions de gaz à effet de serre, la Suisse envisage d’exporter du dioxyde de carbone (CO2) à l’étranger pour le stocker dans les fonds marins dès l’an prochain. Cette décision a été annoncée par le gouvernement suisse. Selon le Conseil fédéral, à partir de 2024, il sera possible d’exporter du CO2 à l’étranger pour le stocker dans des fonds marins. Cette initiative s’inscrit dans la technologie du captage et stockage du CO2 (CCS) visant à enrayer le réchauffement climatique. Elle consiste à capter les émissions de dioxyde de carbone à la sortie des cheminées d’usine et à séquestrer, après liquéfaction, ce carbone dans des réservoirs géologiques.

Selon le gouvernement suisse, le stockage permanent du CO2 est incontournable pour atteindre les objectifs climatiques internationaux et nationaux. Cette décision pourrait être considérée comme une avancée majeure dans la lutte contre le changement climatique, car elle permettrait de limiter les émissions de gaz à effet de serre.

Le Conseil fédéral souligne également que le Protocole de Londres à la Convention de 1972 sur la prévention de la pollution des mers résultant de l’immersion de déchets et d’autres matières interdit toute exportation de déchets en vue de leur élimination en mer. Cependant, un amendement apporté en 2009 a créé une exception pour le CO2, permettant ainsi à la Suisse de procéder à son exportation.

Cette avancée pourrait ouvrir la voie à d’autres pays dans la lutte contre le changement climatique. L’exportation du CO2 dans les fonds marins étrangers pourrait devenir une pratique courante si d’autres pays décident de suivre l’exemple de la Suisse.

Les techniques de stockage du CO2 pourraient révolutionner notre manière de lutter contre le changement climatique. Cette avancée montre que des progrès significatifs sont en cours pour limiter les gaz à effet de serre, et offre de l’espoir pour l’avenir de notre planète.

Cependant, cette décision soulève également des questions sur les risques potentiels liés au stockage du CO2 dans les fonds marins. Des préoccupations environnementales pourraient être soulevées, et un suivi strict des sites de stockage sera nécessaire pour s’assurer qu’aucun impact négatif sur les écosystèmes marins ne se produise.

En tout état de cause, l’exportation du CO2 dans les fonds marins étrangers pourrait marquer le début d’une nouvelle ère dans la lutte contre le changement climatique. Il s’agit d’un pas significatif vers un avenir plus durable pour notre planète.