Europa : les micronations face à l'espionnage

Le 24/02/2021 à 15:02 1

Le 14 février 2021, c’est la stupeur parmi les micronationalistes francophones. Cette jeune république proclamée dans le Canal du Mozambique vient de déclarer par l’intermédiaire de ses deux co-régents la « Loi Martiale ». Ces deux mots peuvent faire sourire, tout comme les guerres inter-micronationales souvent qualifiées « d’enfantines », mais lorsque cette expression est suivie de la destitution du second co-régent, cela sonne tout-à-coup, un peu plus « coup d’Etat ».

Europa, un système politique jusqu'alors unique en son genre

La République d’Europa, en forme longue République autonome d’Europa est, selon sa constitution une république indivisible, laïque, dirigée conjointement par deux Chefs d’Etat portant le titre de Co-Régent, le plus âgé ayant le dessus sur le plus jeune.

« Il est fondamental que la nation soit gérée par deux personnes, cette méthode de Co-gérance apporte une stabilité et multiplie les idées dans notre chère nation Europienne. Il est formellement proscrit pour un individu de s'octroyer cette gérance, pour lui seul. Si tel est le cas, le gouvernement proclame la loi Martiale. » Constitution Europienne, III. Art. 1.2.
Armoiries europiennes
Ayant jugé que la République Autonome d’Europa respectait les valeurs et objectifs humanistes prônés par l’Organisation, elle est, depuis le 21 mai 2020, membre à part entière de la MicroFrancophonie, siégeant ainsi de façon automatique à l’Assemblée Générale, aux côtés des autres entités-membres. A ce titre, elle est en mesure d’apporter son soutien ou non à une micronation candidate à l’O.M.F.

Les évènements de février 2021

Bien que le but de la République d’Europa, via son système de corégence soit de maintenir un équilibre des pouvoirs et empêcher un individu de prendre seul le contrôle de la micronation, cet alter-Etat n’a pas cependant évité une tentative de coup d’Etat fomenté fin 2020 par le corégent Isaac, ainsi que ce que ce l’on pourrait appeler une « trahison » par son successeur. Nous y reviendrons.

De Juin à Août 2020, un certain Paul-Antoine Longnieux travaillant à la Représentation Nationale d’Europa se distingua aux yeux de la corégence, confiance qui fut entérinée le mois suivant par sa nomination en remplacement du co-régent Isaac suite à son coup d’Etat avorté contre les institutions.
3 mois plus tard, en décembre 2020, l’Empereur d’Angyalistan et Secrétaire-Général de l’O.M.F. Olivier Touzeau annonce au conseil stupéfait sa démission de son poste au sein de la MicroFrancophonie. Le processus démocratique est mis en route très rapidement avec l’annonce des prochaines élections dès janvier 2021. Se portent alors candidats le corégent Paul-Antoine d’Europa, le Prince Régnant d’Hélianthis, ainsi que le Chancelier du Prince d’Aigues-Mortes. Début d’une campagne qui durera moins d’un moins avant le scrutin qui mènera le duc Geoffrey Mathes au poste de Secrétaire Général de l’Organisation de la MicroFrancophonie.

Le 14 février 2021, jour de la Saint-Valentin, le Prince Yannick Douai-Desse, Prince de Lochaber et de Glencoe, dont la candidature à l’Organisation de la MicroFrancophonie avait été rejetée de façon unanime par ses membres convoque de façon privée le Secrétaire-Général de la MicroFrancophonie ainsi que le co-régent Glenn d’Europa afin de leur révéler, preuves à l’appui que le co-régent Paul-Antoine n’était en fait qu’une façade, prise par son ministre d’Etat qui venait de démissionner, sous le nom de Pierre de Sandovie.
Pour rappel, le Siège Impérial Sandove est une entité alter-Etatique qui fût active sur la scène micronationale de 2018 à 2019, avant sa dissolution et la nomination de l’ancien empereur (entre autre) au poste de Ministre d’Etat des Principautés-Unies de Lochaber et de Glencoe.
Ce qui semble au premier abord ne ressembler qu’à une histoire de vengeance personnelle inter-micronationale se transforme alors très rapidement en une crise diplomatique majeure au centre de laquelle se trouve Europa.

Un point rapide sur les différents problèmes qui se posent en même temps :
  • Europa qui se prétend « Etat de droit » proclame une loi martiale et destitue dans un premier temps un de ses corégents. La République se met alors en porte-à-faux avec l’O.M.F. dont l’action diffère de ses valeurs.
  • Une micronation dont la candidature a été rejetée par l’Organisation semble être impliquée comme commanditaire d’une tentative d’espionnage.
  • Europa et la micronation commanditaire sont liées par un Traité de Reconnaissance Mutuelle.
  • Deux autres alter-Etats sont liés à « Paul Antoine Longnieux », via d’autres fausses identités.
  • Europa est liée avec un grand nombre d’entités alter-Etatiques membres de l’O.M.F. sauf que dans le même temps, toute communication avec les dignitaires europiens est impossible.
Très rapidement, grâce à un travail de fond du Secrétaire Général Mathes, la situation est clarifiée, et celui dont le nom est maintenant encadré de guillemets accepte les différents chefs d’accusation portés contre lui et avoue son double jeu, en insistant sur le fait qu’il a « agit seul, dans son seul intérêt ». Au total, il s’avèrera que Paul-Antoine Longnieux usa de près d’une demi-douzaine d’identités au sein du monde micronational durant sa carrière qui semble s’être brutalement arrêtée à cette date, après qu’il ait lui-même affirmé que toutes ses micronationalités avaient été rendues.

A ce jour, de nombreuses micronations membres de l’Organisation de la MicroFrancophonie ont pris la décision de rompre toute relation diplomatique avec les Principautés-Unies de Lochaber et de Glencoe, des dignitaires ont rendus leurs décorations, et le Conseil est toujours en plein débat concernant l’avenir d’Europa au sein de l’Organisation, bien que manifestement, sa faute ne réside uniquement dans le contrôle d’identité de ses dignitaires.

Le 23 février 2021, le co-régent Glenn d’Europa annonce l’abolition du système corégentiel, et la mise en place d’une régence unique, sous le nom de IIIè République d’Europa.

Internet : Un atout et une faiblesse pour les micronations au XXIè siècle

Lorsque vous demandez dans la rue aux passants si leur avis sur internet est positif ou pas, la plupart vous répondront qu’il est mitigé. « Oui, on peut rester en contact avec tout le monde, mais profitons-nous vraiment du moment présent ? »
Nombre de mères ont également pu mettre en garde leurs enfants « Ne fais confiance à personne sur internet » et les faits divers leurs ont donnés raison.

Si constat il y a à faire après cet évènement, c’est que même si le web du XXIè siècle a permis au micronations de se faire davantage connaître et d’exposer davantage leurs idées, qu’elles soient bonnes ou mauvaises, cela ouvre également la voie à des dérives, dont celles consistant à créer de fausses identités afin d’acquérir des postes-clés au sein de micronations dont on connaît les failles, avec très peu de moyens pour les autorités alter-Etatiques de mettre en place des contrôles d’identité.
Trouveront-elles le moyen d'éviter cela à l'avenir ? La question reste entière.
  • 1 vote. Moyenne 5 sur 5.

Commentaires

  • Prince Laurent de Moscha

    1 Prince Laurent de Moscha Le 24/02/2021

    Merci pour cet article sur cette bien triste situation mais surtout qui ouvre la réflexion sur les dérives d'internet. Je reste persuadé qu'un profil qui n'ose pas publier de manière récurrente de réelles photos de sa personne et de son environnement a quelques chose à se reprocher ou à dissimuler. Pour être vrai, il faut être transparent sur son identité. Cordialement. Ld Gaspar Laurent, Prince de Moscha.

Ajouter un commentaire

Anti-spam