La République de l’Ile de la Rose: Une source d'inspiration pour Netflix

Le 01/12/2020 à 13:31 0

Dans Toute l'Actualité

Le 9 décembre, dans ses catégories « comédie » et « excentrique », le géant américain de vidéo à la demande sortira dans ses studios virtuels un film de deux heures nous contant ainsi « l’incroyable histoire de l’Ile de la Rose ».

La réalité : un point d'Histoire…

« C’est un jeune homme qui a construit une ile, et qui s’est déclaré... Indépendant… »
Plus de 50 ans après sa disparition la République espérantiste de l’Ile de la Rose ainsi que son fondateur Giorgio Rosa semble toujours susciter l’interrogation.
C’est en 1964 que l’idée de la conception de l’Ile de la Rose a débuté par Giorgio Rosa, homme italien, ingénieur de profession, lorsque ce dernier reçu l’autorisation du Gouvernement Italien pour mener des essais de construction d’une plateforme en mer adriatique.
La plateforme artificielle de près de 400 m² déclare son indépendance le 1er Mai 1968 et se constitue République.
Bien que l’Ile de la Rose soit rentrée dans la légende des micronations et dans l’Histoire (avec un grand « h ») du micronationalisme, l’évolution de cette micron-République est très mal connue. D’après plusieurs sources, s’y trouvaient une discothèque, un restaurant, un bureau de poste… L’idée qu’il y eut un bureau de poste à l’Ile de la Rose est également envisagée.
Comme très souvent, cette nouvelle micronation marqua son indépendance par la conception d’un drapeau, d’armoiries, d’une monnaie et d’un timbre postal et prit le nom en espéranto de « Esperantista respubliko de la Insulo de la Rozoj ». Cette langue, relativement simple d’apprentissage, a le mérite d’être internationale et est donc encore aujourd’hui très utilisée en tant que langue officielle par les alter-états du monde entier.

Le 24 juillet 1968, c’est le début de la fin lorsque des officiels du Gouvernement italien, mécontenté par l’idée-même de la micronation prennent le contrôle de l’Ile.
Le 13 février 1969, la plateforme est détruite à coups d’explosifs par le Gouvernement Italien, et ainsi s’achève l’Histoire de cet Alter-Etat souvent surnommé le « Sealand Italien ».

De l’Histoire au petit écran

« La liberté absolue vous fait peur ! » - Giorgio Rosa

Début 2020, alors que l’épidémie de Coronavirus frappe de plein fouet le monde entier, la plateforme en ligne américaine Netflix annonce la diffusion en fin d’année d’un film portant le nom de « L’incroyable histoire de l’Ile de la Rose », et traitant de l’existence de la micronation du même nom. Une première dans l’histoire des entités alter-étatiques puisque jamais auparavant une série ou un film de grosse production n’avait mis en avant le monde micronational et une de ses entités.
Le film américain Micronations (2016), qui n'a pas été traduit de la langue anglaise est à ce jour le seul produit du cinéma dans le monde a également traiter du concept micronational (mais pas des micronations ayant existé ou exisantes). Il n'a cependant pas eu le succès qu'aura certainement l'incroyable histoire de l'Ile de la Rose. Publiant une courte bande annonce sur leur plateforme, Netflix donne un avant-goût de cette comédie excentrique, mettant bien en scène le processus de « Citoyenneté » souvent mis en place par les micronations ou le point de vue du Gouvernement Italien, jugeant Girgio Rosa et « ses amis » tout à fait étranges.

Bref, une production Netflix que toute la rédaction de Courrier Micronational vous invite, en tant que micronationaliste ou simple curieux, à regarder dès sa sortie, le 9 décembre 2020 !


  • 1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Anti-spam